Réussir à s'y tenir

Quels sont les obstacles ?

Les obstacles intrinsèques

Il existe des obstacles dits intrinsèques, liés à la personne, à ses capacités et sa motivation
Les capacités englobent les caractéristiques physiques, psychologiques et les croyances du patient vis-à-vis des exercices ou encore de la douleur. Nous pouvons donc retrouver comme obstacles:
 
  • un manque de capacité physique comme un manque de force, de souplesse, de mobilité - ou encore une sensation de fatigue 
  • une douleur
  • un manque d’efficacité personnelle
  • un manque de but
  • un manque de compréhension de l’exercice

En effet, si l’on ne comprend pas pourquoi il est important de réaliser tel ou tel exercice et qu’on ne connaît pas les bénéfices que celui-ci va apporter, cela peut constituer un véritable frein à la réalisation du programme d’exercice.

Les obstacles liés à la motivation comprennent:
  • - l’engagement du patient et son implication dans la réalisation de son programme d’exercice
  • - l’expérience vécue lors de la réalisation de l’exercice. Imaginez qu’un patient chute lors d’un exercice, il est très probable qu’il n’ait plus très envie de le réaliser le lendemain.
  • l’établissement d'objectifs. 
En effet, si les objectifs établis paraissent inatteignables par le patient, il y a de fortes chances que celui-ci se sente découragé et abandonne rapidement ses exercices.

Les obstacles extrinsèques

Ce sont les obstacles liés à l’environnement. Nous pouvons y retrouver des difficultés en lien avec l’organisation et la logistique comme:
  • - des difficultés de transport
  • - des distances à parcourir trop longue entre le domicile et le thérapeute
  • la météo
  • - des contraintes de temps (travail, famille…)
Il existe aussi obstacles en lien direct avec le programme d’exercice comme:
  • - une durée de programme inadaptée (programme trop long)
  • - un manque de progression des exercices (exercices trop durs, trop intenses)
  • - une méthode de délivrance du programme peu appropriée

Comme par exemple l’usage d’un support vidéo qui peut être un obstacle pour certains (des personnes n’ayant que très peu d’accès à internet) et un facilitateur pour d’autre (facilité de connexion, à portée de main, rapide, plus compréhensible).

Quels sont les facilitateurs ?

Les facilitateurs intrinsèques

Tout comme pour les obstacles, il existe des facilitateurs dits intrinsèques, liés à la personne, à ses capacités et sa motivation.

Concernant les capacités nous pouvons retrouver:
- une bonne capacité physique
- une bonne compréhension
- l’âge
 
Les facilitateurs liés à la motivation tiennent compte du choix des exercices par le thérapeute et le patient (intensité, durée, difficulté de réalisation) et l’établissement d’objectifs atteignables.

Un autre élément clé de l’adhésion est la perception que le traitement est utile et qu’il améliore la confiance en soi.

Les facilitateurs extrinsèques

Ce sont les facilitateurs liés à l’environnement comme par exemple un entourage qui favorise le soutien social, familial ainsi qu’une alliance thérapeutique positive [2]

Les facilitateurs en lien avec le programme d’exercice sont: la prescription d’exercice individualisée et une méthode d’exécution du programme d’exercice adaptée.

Une fois que les obstacles et les facilitateurs ont été identifiés, il est intéressant pour le thérapeute de mettre en place différentes stratégies pour favoriser l’adhésion du patient.

Les stratégies pouvant être mise en place

Concernant la prescription du programme d’exercice, il peut être intéressant:
  • - de limiter le nombre d’exercices pour minimiser l’engagement de temps. 
  • - de changer régulièrement les exercices afin d’éviter la monotonie et de veiller à avoir une progression. 
  • - d’incorporer des activités que le patient aime lors de la réalisation de ses exercices

"J’ai souvenir d’un collègue kiné qui avait mis en place une chorégraphie à partir des exercices de rééducation pour une patiente danseuse afin de la motiver à réaliser son programme"

Chez les plus jeunes, il est possible d’intégrer de la musique, des jeux et autres distractions ou encore de transformer les exercices en petit challenge. Pour cela il est possible d’impliquer la famille ou des amis à participer. 

Concernant le lieu et le mode de réalisation des exercices, il est intéressant:
  • - d’envisager de faire les exercices dans des emplacements non conventionnels comme un parc, un stade...
  • - d’utiliser la vidéo pour permettre de concevoir des programmes d’exercices pouvant être réalisés et reproduits quelque soit le lieu.

Et lorsque cela est possible, essayez de fournir de l’équipement (élastiques, tapis, haltères…) ou au moins concevoir des programmes d’exercices avec des exigences minimales en équipement afin d’éviter l’abandon par manque de matériel.

Concernant les obstacles liés aux capacités du patient, l’éducation a été unanimement considérée comme la principale stratégie recommandée.

Enfin, pour améliorer la motivation: l’individualisation de l’exercice, le suivi et les encouragements des thérapeutes s’avèrent être les stratégies les plus efficaces.

L’adhésion au programme d’exercice est fortement liée à l’efficacité globale des interventions de thérapie. Il est donc du rôle des thérapeutes d’identifier les obstacles et les facilitateurs afin de travailler en partenariat avec le patient et de lui proposer un programme personnalisé qui réponde à ses besoins et ses attentes menant à l’adhésion recherchée.

Retenons que 

  • - L’adhésion est un élément clé de la thérapie par l’exercice
  • - Il existe des obstacles liés à la personne, à sa motivation et son environnement
  • - Il existe des facilitateurs liés à la personne, à sa motivation et son environnement
  • - De nombreuses stratégies peuvent être mise en place concernant le programme d’exercice, le lieu et le mode de réalisation
  • - Les stratégies essentielles sont : l’éducation, l’individualisation et les encouragements.
  •  

SOURCES :

https://www.jospt.org/doi/10.2519/jospt.2020.9715



 

Commentaires