La téléréadaptation et l’auto-rééducation, comment les appliquer dans un établissement de santé ?

La téléréadaptation est un mode de prise en charge qui vise à rééduquer le patient à distance et l’aider dans son autonomisation. Celle-ci est complémentaire avec la pratique de l’auto-rééducation : à savoir, suivre un programme d’exercices physiques prescrits par un professionnel de santé en toute autonomie. Depuis maintenant plusieurs années, les centres de rééducation, les centres hospitaliers et les professionnels de santé de ville ont identifié ces pratiques comme une plus value indiscutable dans la rééducation du patient. 

Elles répondent à plusieurs difficultés que tous ces acteurs de la santé ou les patients rencontrent au quotidien: 

  • - l’impossibilité de répondre à 100% des demandes de nouveaux patients (en ville ou en centre de rééducation)
  • - les déplacements, synonymes de perte de temps et de fatigue physique
  • - l’absence d’implication du patient dans sa rééducation
  • - l’absence d’outil pour accompagner les aidants dans la rééducation de leur proche, en gériatrie ou en pédiatrie par exemple
  • - la frustration du patient de ne pas pouvoir se rééduquer chez lui avec un programme et des consignes claires (voir ci-dessous), adaptés à son parcours de soin

Extrait d’un livret d’exercices papier, où les consignes sont difficilement compréhensibles

Depuis la crise sanitaire de la COVID 19 et la fermeture des cabinets en ville et de certains établissements lors du premier confinement, ces points de blocages ont été encore plus visibles et ont permis à plusieurs établissements de réfléchir à un process permettant de répondre efficacement aux difficultés rencontrées.

Cas pratiques d’un SSR

Prenons en exemple un SSR de 125 lits en hospitalisation complète (HC) et de 35 places en hospitalisation de jour (HDJ), accueillant des patients pour des affections neurologiques (AVC, Parkinson...) et de l’appareil locomoteur (PTG, PTH, lombalgie).

Les problématiques, présentes également dans de nombreux autres centres de SSR, sont de répondre au plus grand nombre de demandes d’admission, de faire face à une pénurie de médecins et de paramédicaux et surtout de rendre acteur leurs patients dans leur rééducation.

L’application web et mobile Axomove, comprenant plus de 1000 vidéos d’exercices couvrant tous les champs de la MPR, une solution de téléconsultation visio ainsi qu’une plateforme de télésuivi d’indicateurs de progrès du patient, permet de répondre en partie à ces problématiques. L’enjeu est désormais de déterminer à quel moment l’auto-rééducation et la téléréadaptation sont les plus efficaces et appropriées.

1- Rendre acteur le patient dans les murs du SSR (HC & HDJ)

En hospitalisation complète, cet établissement a fait le choix de mettre à disposition Axomove sur le plateau technique, sur un écran tactile. Le patient a donc le choix de venir ponctuellement, entre ou après ses séances (tout dépend de son état de forme) réaliser le programme d’exercices que son thérapeute lui a mis à disposition. Idem pour le week-end, le SSR n’a malheureusement plus de kinésithérapeute d’astreinte, le patient peut malgré tout, depuis sa chambre, accéder à l’application, réaliser ses exercices avec l’aide éventuelle d’aides soignant(e)s à proximité.

Patiente amputée tibiale réalisant des exercices sur plateau technique avec comme support l’utilisation d’un programme vidéo

Nous avons ici des patients impliqués dans leur rééducation, pouvant avancer plus rapidement s’ils le souhaitent et potentiellement réduire leur temps d’hospitalisation.

2- Pouvoir prendre en charge le patient hors les murs du SSR (HDJ)

Le centre a une population de patients devant faire en moyenne 30 min à 1h de trajet par jour pour rejoindre l’établissement et cela jusqu’à 5 fois par semaine. L’équipe thérapeutique propose alors de raccourcir cette fréquence de 5 jours/semaine de présentiel à 3 jours/semaine en utilisant, sur les 2 jours restants, l’application Axomove en téléréadaptation et autorééducation. Le patient (et la sécurité sociale) économise alors du temps de trajet, réalisant 2 jours/semaine des séances individuelles ou de groupe avec les thérapeutes du centre, depuis le confort de son domicile. Il peut également continuer de suivre de chez lui, son programme d’auto-rééducation mis à sa disposition.

Ce dispositif permet notamment d’améliorer la qualité de vie du patient et de mettre en place une organisation de travail plus flexible pour ses équipes soignantes.

On passe donc d’une logique d'hospitalisation de jour en présentiel (HDJ) à une logique de prise en charge hybride, entre HDJ présentiel et soins à distance (e-HDJ).

3 - Mieux accompagner le patient dans son retour à domicile (HC)

La sortie d’hospitalisation du patient est une étape charnière dans le parcours de soin. Il est donc très important de l'accompagner le plus possible dans son retour à domicile.

L’accès à l’application Axomove pendant les premiers jours, voire les premières semaines, suite au retour à domicile va permettre aux patients et aux aidants de garder le contact avec les équipes de rééducation du centre, via l’organisation de séances de télésoins de suivi ou via la messagerie électronique sécurisée. Les patients vont également bénéficier des supports éducatifs partagés par leurs ergothérapeutes mais également d’un programme d’exercices vidéos prescrits par leurs kinésithérapeutes pour garder la dynamique initiée au centre.

La bonne utilisation de l’application étant clé dans la réussite de ce dispositif d’accompagnement, il est essentiel que les patients et les aidants soient formés en amont par les mêmes rééducateurs qui les suivront ensuite à distance.

Dans certains cas, la mise en place d’un tel dispositif peut permettre de réduire la durée moyenne de séjour (DMS) et ainsi pouvoir accueillir davantage de nouveaux patients (augmentation de la file active).

Le patient retrouve le contenu d’éducation thérapeutique prescrit par ses rééducateurs une fois de retour à domicile après une hospitalisation

️ Découvrir l'article sur Dock Santé

Commentaires