La douleur: ça sert à quoi?

Nous avons longtemps vu la douleur comme un système relativement simple. Elle est en fait plus complexe qu’il n’y paraît. La douleur est une alarme utile car elle protège l’organisme et alerte le corps d’un dommage actuel ou d’un danger imminent. Elle nous permet donc d’anticiper l’apparition future d’une douleur.

La douleur est un système d’alarme

          Selon la définition officielle de l’IASP (Association Internationale pour l’étude de la douleur), la douleur est “une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle, ou décrite en ces termes.”

          De manière simplifiée, la douleur est un système d’alarme face à un danger. Ce système est très important voire même vital! En effet, certaines personnes ne ressentent pas la douleur, cette pathologie s’appelle l’analgésie congénitale. Elle peut être très dangereuse pour la personne car elle inhibe tous les mécanismes d’action que le cerveau met en place pour réagir face à une douleur. Imaginez par exemple que vous fassiez couler votre bain avec de l’eau trop chaude, vous ressortirez immédiatement votre petit orteil qui a été en contact avec l’eau. Mais les personnes souffrant d’analgésie pourront se plonger en entier dans cette eau, ne sentant même pas qu’ils sont en train de se brûler la peau. [1]

     Le saviez-vous? la douleur n’est pas proportionnelle à la gravité de la blessure (exemple: le surfeur qui se fait arracher la jambe ne ressent pas  de la douleur). Ou inversement la personne qui s’entaille le petit doigt avec une feuille de papier et qui ressent une très forte douleur.

Vous pouvez aussi ressentir une douleur dans un membre amputé, cela s’appelle la douleur du membre fantôme. [2]

          Pour décrire de façon simple le parcours de la douleur, prenons l’exemple de la main posée par inadvertance sur une plaque brûlante. La brûlure va stimuler les terminaisons nerveuses localisées au niveau de la peau (appelées nocicepteurs, il en existe aussi dans les muscles, les articulations..) qui vont envoyer une information via des câbles (nerfs) à notre cerveau. Une fois, l’information arrivée au cerveau ce n’est qu’à ce moment-là que celui-ci va décider de déclencher le phénomène douloureux ou non. 

     Le saviez-vous? Dans cet exemple précis, la main a été dégagée avant même le décryptage du signal douloureux par le cerveau! Ce phénomène est dû à un arc réflexe présent au sein de la moelle épinière, siège des premiers systèmes de modulation de la douleur. [3]

La douleur aiguë joue donc un rôle important de protection de notre organisme, contrôlée par notre cerveau.

douleur-tms-lombalgie

 

Commentaires