Création et vision d'Axomove dans le futur des 4 cofondateurs

Axomove fête aujourd’hui ses 5 ans. 5 ans de tests, d’exercices, de soins… C’est le moment opportun pour faire un retour en arrière de ses 5 dernières riches années pour Axomove du point de vue de ses 4 cofondateurs : Clément Morel, Boris Leveque, Alexandre Morel et Pierre-Yves Carlier.

Pour chacun d’entre vous, quelles sont les 3 grandes étapes d’Axomove ?

Boris :  Selon moi, il y a eu trois grandes étapes. 

Premièrement, la partie création de la boite au départ, des réunions avec Pierre-Yves, Clément et Alexandre  qui donne naissance au projet. 

La deuxième grosse étape clef a été la période marquée par le Covid à partir de mars 2020. Tous les cabinets ferment et se rabattent sur des solutions digitales. On constate alors un afflux constant de praticiens et de patients. 

Puis la création de toutes nos offres dédiées aux pros de la rééducation, aux entreprises, puis aux mutuelles, ce qui a fait entrer Axomove dans une phase d'accélération.

Pierre-Yves : Pour moi, la première étape qui marque le début de l’aventure, c'est forcément notre rencontre à quatre. 

Le point intermédiaire a été le moment où on se commercialise, où ça marche vraiment. C’est le moment où notre projet devient réel. 

Bien sûr, le Covid a aussi été déterminant. 

La dernière partie est la partie à venir : demain. Actuellement, nous sommes en pleine expansion, l’équipe s’agrandit énormément.  On sent que le projet prend de l’ampleur.

Alex : La première étape , c'est au tout début, le moment où Clément bossait tout seul. On a ensuite continué à 3 au Bio Incubateur Clément, moi et notre toute première stagiaire Hélène. On était encore au stade embryonnaire. 

Puis, Boris nous a rejoints en 2020. Cela a accéléré le processus et ramené de la dynamique et des clients. Et dans l’étape actuelle, on continue d’ajouter des gens bouts à bouts, pour poursuivre le développement d’Axomove.

Clément : La première étape clé , c'est le moment où je quitte mon travail fin 2016 pour me lancer à 100% dans l’aventure. 

La deuxième grande étape est la commercialisation début 2019, après 2 ans de conception, de test, de création de contenus, de dialogue avec les utilisateurs, de début d’incubation….

Au début, notre offre était seulement à destination des kinésithérapeutes libéraux. Puis début 2020 : nous avons lancé une offre à destination des entreprises. 

Le Covid arrive et donne un coup de boost incroyable avec la rééducation à distance. On commence tout doucement à parler de télérééducation. C’est un moment charnière, à la fois chez Axomove et de manière globale. On capitalise dessus et c’est ce qui nous permet de nous développer.

Votre vision d’Axomove est-elle la même qu’au début de l’aventure ?

Clément : La vision évolue forcément. Au début, tu prends les mêmes recettes qu’une appli de fitness qu’on adapte à la rééducation avec une  prise en charge personnalisée. Maintenant, on est sur quelque chose de plus large qui couvre l’ensemble de la santé physique. Cela s’est fortement élargi mais le fondement est toujours là : depuis le début, on reste sur notre crédo “le médicament, c'est le mouvement”.

Boris : Pour moi la cible est restée la même : proposer une solution de santé basée sur le digital et le mouvement et qui soit EBP : Evidence Based Practice, c’est-à-dire qu’on apporte des solutions basées sur des preuves. Ce qui a changé c’est le nombre de personnes susceptibles de pouvoir bénéficier de la solution. Notre volonté étant de la rendre accessible au plus grand nombre.

Pierre-Yves : La vision, on l'avait au départ :  sur le soin, la distance… on a juste surfé sur l’actualité. On s’est adapté pour que cela fonctionne partout en misant sur la simplicité d’utilisation. Comme dirait Boris, on ne ment pas aux gens. Pour moi, on reste dans la même optique.

Alex : Notre vision a toujours été de faire bouger les mentalités. Aussi bien auprès des professionnels de santé que des patients. On aurait très bien pu faire une application de santé générale ou de l’auto prédiction (IA) mais on a choisi contre les tendances d’aujourd’hui de croire aux bienfaits du mouvement.

Comment imaginez-vous Axomove dans 10 ans ?

Boris : J’imagine Axomove dans le quotidien des gens comme une boîte de médicaments pour traiter leurs pathologies de santé physique. Axomove est une vraie alternative aux traitements médicamenteux : il s’agit de mettre dans les mains et le quotidien des gens des solutions qui marchent.

Alex :  Je vois Axomove comme un pionnier (Rires). A titre personnel ma vision de la rééducation a énormément évolué depuis 5 ans, ce que j’aimerai c’est que comme moi et grâce à notre outil, un maximum de personnes prennent conscience des nouveaux paradigmes en matière de santé.

Pierre-Yves : Dans 10 ans, j’espère qu’on pourra mettra un coup de regard dans le rétroviseur et se dire : on a été des pionniers en France dans notre domaine. Les lois évoluent dans un contexte en constant changement. Je pense sincèrement qu’on améliorera les pratiques de santé.

Clément : Comme dit précédemment, il y a eu un véritable tournant dans le secteur de la santé, qui est en cours depuis plusieurs années. Le covid a donné un gros coup d’accélérateur, notamment dans les attentes des gens et Axomove a complètement sa place. Je pense qu’on est là au bon moment. Dans 10 ans, j’imagine Axomove comme une solution numérique globale pour traiter les problématiques de santé physique, remboursée intégralement.

Commentaires